Voyage au FRAC Auvergne 1/2

Exposition SARA MASÜGER — Jeudi 15 novembre 2018 - 9.30

Sara Masüger, Liegende	2013, 174 x 135 x 38 cm	Sara Masüger, Liegende,  2013
174 x 135 x 38 cm   
Jeudi 15 novembre 2018 - 9.30 (départ pour Clermont-Ferrand en bus, rue Salvador Dali)

Exposition SARA MASÜGER


Visite de l'exposition par Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne,
et Eric Suchère, Enseignant de l'ESADSE et artiste exposé.

Inscription jusqu'au mardi 13 novembre à la scolarité (ouverture du lundi au jeudi de 13h30 à 17h)
 


Sara Masüger
Née en Suisse en 1978 - Vit en Suisse

La pratique de Sara Masüger est exclusivement tournée vers la sculpture. Elle s'attache depuis plusieurs années à la mise en oeuvre d'éléments sculpturaux mis en relation avec le corps humain, son échelle, sa physicalité, son rapport à l'espace, sa capacité de préhension. Dans ses sculptures, toute la symbolique du corps est invitée à participer, de sa beauté à sa déchéance programmée, de ses représentations au cours de l'histoire de l'art jusqu'à la manière dont l'image du corps entretient un lien spécifique avec les événements historiques. Liegende est à ce titre tout à fait caractéristique de la pratique sculpturale de Sara Masüger. Cette sculpture est un moulage du corps de l'artiste dans une position couchée qui, de toute évidence, met le spectateur face à la possibilité de lectures multiples. Vu de face, ce corps est immédiatement identifiable mais il devient toute autre chose lorsqu'il est envisagé depuis son envers : c'est un paysage lacustre, une géologie montagneuse, une coulée de neige, qui dès lors se révèlent et donnent au corps assoupi sa poésie. Le corps est un paysage, est une étendue offerte au regard et aux projections oniriques. Les sculptures de Sara Masüger sont des corps dont on ne sait s'ils surgissent, souffrent, se délitent comme les corps faméliques d'Alberto Giacometti ou s'ils ne sont que les ébauches de corps en formation, désarticulés comme des pantins de pacotille - une hésitation entre le tragique et le comique d'une certaine façon, ce qui sans doute les placerait dans le registre théâtral des figures de Samuel Beckett.
Jean-Charles Vergne


www.saramasueger.net