Projet de diplôme

Nora Hammouti

dnsep design | 2012-2013

Sans titre

Les odeurs sont pour certains l'âme ou l'esprit de la matière. Elles doivent, la plupart du temps, être associées à un être ou à une chose pour prendre une signification. À la fois primitives et raffinées, elles se passent de langage car elles sont langage elles-mêmes. Si le goût incarne la matérialité, l'odorat lui nous met face à l'éphémère, par un jeu continuel de présence et d'absence. C'est grâce à ce sens plus qu'à un autre que le monde devient environnement. Souvent délaissé dans nos sociétés contemporaines, l'odorat est pourtant celui qui se trouve à la charnière des sens du contact (toucher, goût) et de ceux de la distance (ouïe, vue). Comment donc ré-investir le champ des odeurs, et les placer au coeur de l'espace domestique ? La série d'objets qui suit, tente de répondre en partie, à cette problématique.

Alabastres, contenants pour huile
La série Alabastres est le point de départ de mon projet de diplôme. Il a été réalisé dans le cadre de la Biennale Internationale Design 2013, dont le thème central était l'empathie. Le lien entre odeurs et émotions joue un rôle dans les interactions sociales. Des signaux agissent sur notre cerveau en activant des aires impliquées dans l'empathie. Partant de ce constat, je voulais exposer un objet intrinsèquement lié à l'odorat, qui prend ses origines de l'Egypte Ancienne, réalisé pour contenir des huiles odorantes, destinées à être utilisées comme huile de massage corporel. Replacer cet objet millénaire dans le cadre de cette exposition me permettait de questionner nos sociétés contemporaines sur notre rapport au corps et à l'odeur.

El qatran
Cette série de pichets à eau tire son nom El qatran de la substance qui recouvre l'intérieur de ces derniers. Le qatran est un liquide noir très épais réalisé à partir d'un mélange d'huiles végétales et de souche de genévrier macéré. Ce liquide à l'odeur caractéristique très forte est utilisé depuis toujours par les populations du Maghreb, d'une part pour isoler de la chaleur l'eau contenue dans les poteries, et d'autre part, pour la parfumer. Ainsi l'odeur inhalé se retrouve sur le palet.

Vulcano

Le nuage est également associé à l'odorat. Ce dernier enfle, change de forme, et disparaît comme il est venu. La fumée peut aussi constituée un lien entre ciel et terre, elle revêt alors un caractère mystique et sacré, à l'image de nombreuses religions qui, pour honorer leurs divinités, brûlent de l'encens. Ici l'idée est de pouvoir créer sur demande ou aléatoirement un brouillard parfumé. La vision poétique de ce brouillard, qui en même temps qu'il emplit l'espace et alterne le sens de la vue, propage une odeur de cèdre, et installe un environnement dédié à la méditation et à la relaxation. À la manière d'une liseuse, cet objet mystérieux peut prendre la place d'un bout de canapé (dimensions comparables).

Spirit
L'air, médium de l'odorat, est un mot aux connotations multiples, tels que : vent, souffle, esprit. L'installation Spirit se composent de deux éléments : un ventilateur, et une voile. Une fois en marche le ventilateur propulse un léger courant d'air, animant un voile parfumée très léger (soie), qui sous l'action de ce dernier, libère des particules odorantes rafraîchissantes (eucalyptus) imprimées dans le textile (microencapsulation), à travers l'espace. L'odeur passe aussi par un jeu de toucher avec la voile .
Projet de Nora Hammouti, ©S. BinouxProjet de Nora Hammouti, ©S. Binoux
Projet de Nora Hammouti, ©S. BinouxProjet de Nora Hammouti, ©S. Binoux
Projet de Nora Hammouti, ©S. BinouxProjet de Nora Hammouti, ©S. Binoux
Projet de Nora Hammouti, ©S. BinouxProjet de Nora Hammouti, ©S. Binoux
Projet de Nora HammoutiProjet de Nora Hammouti